Signifie littéralement: «théâtre interprété par des gens de l’art». Au XVIe siècle, on employait le mot «art» pour parler d’un métier. La «comédie de l’art» était donc la comédie jouée par ceux qui ont pour métier de faire rire le public, autrement dit des comédiens professionnels.

La commedia dell’arte est un théâtre populaire comique apparu en Italie au XVIe siècle où chaque personnage s’exprimait dans un dialecte différent représentant les diverses régions du pays.

Pour jouer les nombreux personnages de la commedia dell’arte les comédiens se réunissaient en troupe, ou compagnie théâtrale. Ils voyageaient de ville en ville et montaient les tréteaux du théâtre en plein air dans les rues ou sur les places et sortaient même parfois de leur pays. Les acteurs improvisaient et brodaient leur texte à partir d’un canevas (scénario réglé d’avance) écrit ou pas. L’accent comique des pièces était principalement gestuel (pitreries) et les comédiens devaient être capables d’improviser, d’inventer mille bons tours et fantaisies pendant qu’ils étaient sur scène. Pour amuser le public ils devenaient acrobates, mimes, chanteurs et musiciens tout comme les clowns dont ils sont les lointains ancêtres. Presque tous les comédiens portaient un masque qui ne couvrait pas le bas du visage et laissait libre la bouche. Les comédiens pouvaient ainsi faire de multiples grimaces et n’étaient pas gênés pour parler haut et fort.

Quant aux types de caractères comiques, il y en a quatre principaux: les zannis ou valets, les vieillards, les soldats, et finalement les personnages sans masques: amoureux et suivantes ou soubrettes. Certains personnages étaient obligatoires.

Molière, enfant, assista fréquemment à des spectacles de commedia dell’arte à Paris. Il s’est ensuite souvent inspiré de ces bouffonneries pour écrire ses propres comédies. C’est ainsi que la commedia dell’arte a donné naissance à la comédie telle que nous la connaissons encore aujourd’hui!